Gaël GUENNEBAUD
Gaël Guennebaud Chargé de Recherches (INRIA)

Équipe LaBRI : Image et Son
Équipe projet commune INRIA-LaBRI : IPARLA
Page personnelle : http://www.labri.fr/perso/guenneba
Courrier électronique : gael.guennebaudarobaselabri.fr
Bureau : INRIA
Tél : +33 (0)5 40 00


Recherche

Je suis arrivé au Labri le 1er novembre 2008. Voici donc un très bref rappel de mon parcours entre 2005 et mon arrivée au Labri en tant que chargé de recherche INRIA:

  • 2008 : Post doctorat au CNR de Pise, Italie.

  • 2007 : Post doctorat à l'ETH de Zurich, Suisse.

  • 2006 : ATER à l'Université de Toulouse, IRIT.

  • 2002-2005 : Thèse de doctorat de l'Université de Toulouse, IRIT.



Mes travaux de recherches portent à la fois sur des problèmes de modélisation géométriques et de rendu temps réel dans le cadre de la synthèse d'images. Plus précisément, durant ces dernières années, je me suis intéressé à deux problèmes très différents qui sont la définition de nouvelles représentations de surfaces définies à base de points et le rendu temps réel d'ombres douces.


Dans le cadre de la définition de surfaces, je me suis notamment intéressé aux méthodes basées sur les Moving Least Squares (MLS) avec la méthode des Algebraic Point Set Surfaces (APSS) qui est basée sur une nouvelle technique robuste et efficace de fitting de sphères.
En collaboration avec l'ETH Zurich, nous avons étendu les méthodes MLS avec des techniques de statistiques robustes permettant de mieux prendre en compte les hautes fréquences jusqu'aux arêtes vives.
Fort de ces succès sur les techniques d'approximations locales, nous avons lancé fin 2009 une thèse sur l'exploration de nouvelles représentations de surfaces plus adaptées à la modélisation géométrique interactive. Nous avons des premiers résultats prometteurs avec notamment une nouvelle approche pour définir des surfaces de subdivisions réduisant les artefacts autour des sommets extraordinaires.

Parmi l'ensemble des phénomènes lumineux globaux, le rendu des ombres portées est de loin le plus important puisqu'en plus d'augmenter significativement le réalisme des images, celles-ci aident considérablement à la compréhension d'une scène 3D. Bien que le problème du rendu des ombres douces en temps-réel soit l'objet de nombreux travaux de recherche, le rendu de haute qualité de scènes complexes et dynamiques reste un problème difficile. En 2006 j'ai introduit une méthode originale basée sur une simple shadow map associée à une reconstruction dynamique des occulteurs lors des calculs de visibilité. Cette approche a été reprise et améliorée par divers auteurs et par moi-même. Depuis début 2009, je continue de travailler sur ces thématiques en collaboration avec le State Key Lab of CAD\&CG (Université de Zhejiang, Chine) et nous essayons de prendre en compte le système visuel humain pour accélérer les calculs et éviter les problèmes de discrétisation de ces méthodes basées images.

Finalement, le domaine de l'imagerie informatique en général requiert des outils d'algèbre linéaire performants étant capables de gérer aussi bien des très gros problèmes qu'un grand nombre de petits.
Devant le manque d'un tel outil, je me suis lancé depuis 2 ans dans le co-développement d'une bibliothèque Open Source appelée Eigen avec Benoît Jacob (Mozilla foundation). Eigen est toujours en développement et est déjà très largement diffusée, tant dans le monde académique qu'industriel.

Encadrement

Simon Boyé, since September 2009, PhD (MRE), University of Bordeaux I, co-supervised with Professor Christophe Schlick (University of Bordeaux 2).

Extrait de publications





Page mise à jour le 13/08/2010 à 10:56