Journée du GDR ESAR (18 novembre 2015)

Journée du GDR ESARS (mercredi 18 novembre 2015)


Salle hémicyclia, LaBRI, Campus de Talence, Université de Bordeaux,
9h30 - 12h, 14h - 17h.


En analyse comme en écriture, pour sa représentation graphique comme pour sa transformation et son rendue, la modélisation des structures spatiales et temporelles des pièces musicales semble être l'une des clés de voute de l'informatique musicale. Dans cette journée du GDR ESARS (Esthétique, Arts et Science), en réunissant Musicologues, Mathématiciens, Informaticiens et Musiciens, nous tâcherons de voir comment cette problématique, transversale à nos domaines de spécialités, peut nous permettre de converger vers des outils et des concepts communs.

Compte-rendu :
Une journée du GDR ESARS a eut lieu à Bordeaux sur le thème des structures musicales... Mais de quoi s'agit t'il ?
A travers un discours sur la méthode quant à la définition et à l'usage des descripteurs musicaux en analyse, Mikhail Malt nous invite, bien au delà de la musicologie, à réfléchir à la fragilité de la notation, musicale ou programmatique, qui conditionne aussi bien l'analyse que la production de systèmes artistiques.
Il n'est pas informaticien nous dit-il, mais Pierre Couprie s'approprie et offre en retours toutes sortes de modèles et de descripteurs de flux musicaux qu'il intègre à son logiciel EAnalysis, disponible en ligne, qui permet de mieux décrire, entendre voir et comprendre les pièces musicales, notamment électroacoustiques.
On dit parfois que Bach avait une écriture mathématique. Dans tous les cas, Moreno Andreatta nous propose de revisiter les standards de musiques populaires à travers quelques parcours d'espaces algébriques et topologiques. Des parcours Hamiltoniens de graphes qui donnent envie de découvrir ou revisiter la théorie des groupes qui sous-tend cette approche Math'n'PoP.
De la à visualiser ces parcours topologiques, il n'y avait qu'un pas, que franchit allègrement Gilles Baroin à travers une mise en image soignée des grands classiques, de Wagner à Schubert. Attracteurs et chemins harmoniques se révèlent enfin au yeux de tous. Arides les quaternions ?
Mais comment composer ces parcours ? Dans une approche curieusement bien fondée au sein de la très riche théorie des monoides inversifs, David Janin propose de libérer la production de séquences musicales en tuilant, avec un unique produit, les espaces sous-jacents. Les cristaux ne sont pas formés différemment dit-on.
Programmer le son est une activité qui est née avec les ordinateurs. Mais quels langages choisir ? Entre élégance mathématique et mises en oeuvre époustouflantes, le langage Faust présenté par Yann Orlarey apparait chaque fois un peu plus comme un exceptionnel outils d'expérimentations. L'écriture musicale, aujourd'hui à travers le web et sur nos smartphones, semble encore loin de ses limites.
Comment coordonner tout ces outils ? L'orchestrateur I-score présenté par Myriam Desainte-Catherine et Jean-Michaël Celerier est l'un des piliers des expérimentations Arts et Sciences du SCRIME. Il propose et questionne tout à la fois la description graphique et hiérarchique de l'écriture du temps et de l'interaction.
On le voit, malgré la pluridisciplinarité des points de vue, nous parlions bien de la même chose en cette journée du GDR ESARS à Bordeaux. A l'évidence, pour l'analyse comme pour la synthèse, l'outils et, derrière, la science informatique forment le creusé dans lequel art et sciences, techniques et méthodes, compréhension et création, se mêlent, s'interpellent et s'enrichissent mutuellement. Un grand merci à tous les participants.
Au delà du GDR ESARS, si ces sujets vous intéressent, nous ne saurions trop vous encourager à visiter le site l'AFIM, l'association francophone d'informatique musicale, qui réunit chaque année avec les Journées d'Informatique Musicale (JIM) cette convergente pluridisciplinarité.

Programme :

Evénement porté par le GDR ESARS, avec le soutien de PoSET, du LaBRI, d'Inria Bordeaux Sud-Ouest et du SCRIME.

Last modified: Wed Dec 2 07:05:43 CET 2015