I just read an article on the new neural translation engine of Google and I naturally wanted to test it by myself, with the idea of ​​finally being able to finally write a scientific article in my mother tongue that can be read by an international audience. The results are indeed remarkable in many respects. This software allows me to be able to express myself in my mother tongue (French in my case) while being assured that this engine will be able to translate the thousand and one subtleties of my mother tongue in a correct and understandable English by all. For anyone who has English as a native language this may seem a minor result, but let me tell you that for a vast majority of the scientific community, this exploit opens up new and formidable perspectives. This would allow us finally to write an article focusing on structure and content rather than waste time finding periphrases enabling us to bypass linguistic difficulties. If you are a native speaker, you probably have no idea of ​​the time that we, as non-native writers, can lose by trying to translate our thoughts into an English that remains grammatically correct while conveying the message that we have in mind. It is an all-time struggle that is extremely frustrating when we know in advance that our sentences will not reflect our deep thoughts. This engine now allows us to be able to write simply and directly in our own language, relegating to the machine the task of translating our words into another language. No more derogatory remarks from the reviewers regarding an inadequate level of English. Of course, there is no miracle. If my message is obscure in French, it will remain in English. If my sentences are too long in French, they will remain in English. If the typically French expression I want to use does not exist in English, it is unlikely that the engine will know its equivalent (but who knows…).

Despite these limitations, these results offer interesting prospects for scientific publishing. It becomes indeed possible for an author to write and especially to submit, an article in his mother tongue. Then instructs the publisher to produce the different translations in the respective languages ​​of the editor and reviewers for the review process. Beyond that, it even becomes possible to envisage the automatic translation of the article in the language of the reader at the time of reading. It is a new nail planted in the coffin of the static scientific article in its paper form as we have known it for nearly 400 years (although today most of the scientific production remains in electronic format such as PDF for example). The translation system certainly demands a little more work but it is already usable and there is no doubt that it will improve over time. In fact, we are at the dawn of a revolution in the communication of science in which scientific publishers have a primordial role to play. If we also consider other innovations such as, for example, interactive figures or notebooks allowing interaction with results, it is clear that those who hesitate or refuse to see the changes to come will disappear.

As you may have guessed, this article was written entirely in French, translated using the public version of “Google translate” and posted without a posteriori corrections except for problems of untimely capitalization of certain words. The original French text is available below.

Original text

Je viens de lire un article sur le nouveau moteur neural de traduction de Google et j’ai bien entendu voulu le tester par moi-même, avec en tête l’idée de pouvoir enfin écrire un article scientifique dans ma langue maternelle qui puisse être lu par une audience internationale. Les résultats sont effectivement remarquables à bien des égards. Ce logiciel me permet enfin de pouvoir m’exprimer dans ma langue maternelle (le français dans mon cas) en étant assuré que ce moteur sera en mesure de traduire les mille et une subtilités de ma langue maternelle et ce, dans un anglais correct et compréhensible par tous. Pour quiconque possède l’anglais comme langage natif cela peut paraître un résultat mineur, mais laissez-moi vous dire que pour une immense majorité de la communauté scientifique, cet exploit ouvre des perspectives à la fois nouvelles et formidables. Cela nous permettrait enfin d’écrire un article en se concentrant sur la structure et le fond plutôt que de perdre du temps à trouver des périphrases nous permettant de contourner les difficultés linguistiques. Si vous êtes un locuteur natif, vous n’avez probablement pas idée du temps que nous, en tant qu’écrivains non-natifs, pouvons perdre en essayant de traduire nos pensées dans un anglais qui reste grammaticalement correct tout en convoyant le message que l’on a en tête. C’est un combat de tout les instants qui est extrêmement frustrant quand nous savons par avance que nos phrases ne reflèteront pas ou mal notre pensée profonde. Ce moteur nous permet désormais de pouvoir écrire simplement et directement dans notre propre langue, reléguant à la machine le soin de traduire nos mots dans un autre langage. Fini les remarques désobligeantes de la part des relecteurs quant à un niveau d’anglais insuffisant. Bien entendu, il n’y a pas de miracle. Si mon message est obscur en français, il le restera en anglais. Si mes phrases sont trop longues en français, elles le resteront en anglais. Si l’expression typiquement française que je veux utiliser n’existe pas en anglais, il est peu probable que le moteur saura trouver son équivalent (mais qui sait…).

En dépit de ces limitations, ces résultats ouvrent des perspectives intéressantes pour l’édition scientifique. Il devient en effet envisageable pour un auteur d’écrire et surtout de soumettre, un article dans sa langue maternelle. Charge alors à l’éditeur de produire les différentes traductions dans les langues respectives de l’éditeur et des relecteurs pour le processus de review. Au delà, il devient même possible d’envisager la traduction automatique de l’article dans la langue du lecteur au moment de la lecture. C’est un nouveau clou planté dans le cercueil de l’article scientifique statique sous sa forme papier telle que nous la connaissons depuis près de 400 ans (même si aujourd’hui l’essentiel de la production scientifique reste sous format électronique tel que le PDF par exemple). Le système de traduction demande certainement encore un peu de travail mais il est déjà d’ores et déjà utilisable et nul doute qu’il s’améliorera au cours du temps. On se trouve de fait à l’aube d’une révolution dans la communication de la science dans laquelle les éditeurs scientifiques ont un rôle primordial à jouer. Si l’on considère en plus les autres innovations telles que par exemple les figures interactives ou les cahiers permettant l’interaction avec les résultats, il est clair que ceux qui hésitent ou refusent de voir les changements à venir disparaitront.

Comme vous l’avez certainement deviné, cet article a été intégralement rédigé en français, traduit en utilisant la version publique de “Google translate” et posté sans corrections a posteriori si ce n’est pour des problèmes de capitalisation intempestive de certains mots. Le texte original en français est disponible ci-dessous.