I’m organizing a conference gathering researchers from robotics, philosophy, and artificial intelligence. The idea of the workshop is to address the notion of embodied cognition and the role of the body. The workshop will be held at the Loria laboratory in Nancy, October 8, 2012.

→ Full program

About the workshop (French)

La théorie de la cognition incarnée nous a enseigné, il y a maintenant quelques années, que l’évolution d’un modèle dans le monde réel (sous forme d’un corps robotique) lui donne un accès direct et privilégié aux lois qui régissent ce même monde. Nul besoin de modéliser les lois de la gravité, le modèle s’y trouvera de facto confronté s’il essaye de prendre son envol depuis le haut d’un escalier. Nul besoin de connaître les lois de frottements entre deux solides, le modèle ne pourra de toute façon jamais réaliser une commande parfaite de roulement sur un sol irrégulier.

Or, si cette théorie de l’incarnation représente aujourd’hui une des voies privilégiées pour l’exploration et la compréhension de la cognition, elle semble difficile à appréhender dans le cadre des nouveaux dispositifs technologiques qui sont apparus au cours de ces dernières années. Ainsi, les appartements dits intelligents viennent bouleverser la notion de corps en proposant des appartements instrumentalisés permettant d’interagir avec eux. Mais quel type de cognition peut alors émerger de cette étrange confrontation au réel ? De même, les interfaces cerveaux-ordinateurs viennent brouiller les cartes en ce sens qu’une partie de la cognition est assurée par un cerveau humain alors qu’une autre partie relève de la machine et doit se développer en symbiose. Mais qui doit s’adapter à l’autre alors ?

Ces nouvelles possibilités de confrontation au réel pour les modèles offrent donc de nouvelles perspectives à la fois dans le champ de l’intelligence artificielle et dans celui de la philosophie. Nous proposons donc de discuter autour de ces questions au travers des interventions de modélisateurs et de philosophes.