User Tools

Site Tools


sdasilva:solution_homework1

Visual Analytics Course

Bordeaux roadmap 2012-2013 / Samuel Da Silva's Homework 1

Devoir Bio-Visu 27/09/2012

Critères & points attribués Points selon votre argumentation (aspects positifs/négatifs)
(1) Présentation / Objet et objectifs 1
(2) Distance opérationnelle 2
(2) Distance articulatoire 1,5
(2) Distance sémantique 1,5
(7) Total 6

G.M. Les notes attribuées tiennent compte de la prestation orale en cours. Votre critique est globalement très bonne et complète, malgré une certaine confusion entre les niveaux articulatoire et sémantique.

Guy Melançon 2012/10/12 11:28

(Carte disponible en pièce jointe)

Introduction

Le document que je vais présenter est une carte qui a été publié le 23 Juillet 2006 dans le New York Times, carte ayant pour but de mettre en évidence les conflit dans le nouveau Moyen-Orient. Dans cette carte, toutes les grandes nations impliquées dans tout type de conflit au Moyen-Orient ont été cartographié avec leurs liens descriptifs en mentionnant la nature et l'état actuel de leurs relations. Les nations qui apparaissent sur le graphique sont: la Turquie, l'Irak, la Syrie, la Jordanie, le Liban, Israël, l'Égypte, le Koweït, l'Arabie saoudite, l'Iran, le Bahreïn et le Qatar.

Les groupes ethniques dans chaque pays (sunnites, chiites, musulmans, autre) ont également été cartographié et représenté par des cercles de couleur indiquant la population. La carte montre également où il y avait un contrôle essentiel de la richesse pétrolière.

G.M. Bonne mise en contexte: c'est essentiel, car il nous faut connaître/comprendre le message (l'intention du concepteur) afin de pouvoir juger de l'efficacité de sa carte. On eut apprécié un lien qui mène directement à la carte sur le web (site du NYTimes ?).

Analyse

Mon analyse se portera essentiellement sur trois critères, la lisibilité (niveau opérationnel), l'effort nécessaire à l'élaboration de la relation entre la signification de l'expression échangée avec le système et sa forme (niveau articulatoire) et la relation entre ce que l'auteur veut communiquer et le sens de l'expression correspondante dans la visualisation (niveau sémantique).

Niveau opérationnel :

La carte proposée est très lisible, en effet, on distingue immédiatement les différents éléments mis en avant. Tout d'abord, on remarque que le fond de carte qui représente le Moyen-Orient a une faible opacité, il est de couleur gris clair. Par dessus la carte, nous avons différents éléments dessinés avec un opacité supérieure ce qui permet donc un contraste entre les éléments et le fond de carte mettant ainsi en exergue les éléments à visualiser. On remarque également que les éléments dessinés sur la carte utilisent des couleurs simples et primaires tel que le vert, le jaune, le bleu et le rouge permettant ainsi une bonne distinctions des couleurs,de plus, les couleurs sont utilisés avec une teinte de type « faible opacité », ce qui évide des couleurs criardes et agressives. L'utilisation judicieuse des couleurs rend donc ici la lecture de la carte agréable. Enfin, la carte est assez aéré, il y a très peu de superposition, ce qui est un point positif.

Niveau articulatoire :

L'auteur veut ici représenter les différents conflits dans le Moyen-Orient, la représentation sous forme de carte est donc ici totalement appropriée et le lecteur comprend aisément en voyant une carte que l'on va mettre en avant des informations/relations qui concerne des pays du Moyent-Orient, pays représentés sur la carte.

G.M. Ici, on est plutôt sur des éléments relevant de la sémantique.

De plus, le nom de tout les pays concernés par les informations véhiculées sont inscrit sur la carte.

Niveau sémantique :

L'auteur de cette carte a utilisé des formes basiques afin de rendre facile la correspondance entre la forme et sa signification.

Tout d'abord, l'utilisation du trait ; le trait est pour le lecteur synonyme de lien. En effet, lorsque le lecteur voit un trait entre deux entités A et B, il interprète alors immédiatement cela comme un lien reliant l'entité A à l'entité B.

G.M. Absolument vrai. Et cette immédiateté fait qu'on est plutôt ici sur la distance opératoire.

Ainsi donc, par l'utilisation du trait reliant un point à un autre, l'auteur exprime de façon facilement interprétable un lien X entre deux points. Le trait possède également une seconde caractéristique qui est son épaisseur, l'épaisseur va donc être facilement interprétée comme un flux plus ou moins important suivant l'épaisseur du trait, ou bien un lien plus ou moins fort entre les deux entités A et B.

G.M. Qu'entendez-vous par force ici ? Pas clair.

Ensuite, l'utilisation du cercle, là aussi, figure classique de la cartographie, une figure facilement interprétable par le lecteur. Le cercle peut représenter plusieurs choses, soit il permet d'englober une zone ou un ensemble, ou bien il permet d'exprimer une quantité ou une densité plus ou moins importante. Ici, l'interprétation est rapide, le lecteur voit immédiatement une variation dans le diamètre des cercles qu'il va alors rapidement interpréter dans son contexte comme une variation de densité ou de quantité.

G.M. C'est une remarque ambivalente. On utilise effectivement le diamètre des cercles pour rendre une donnée quantifiée et l'utilisateur fait naturellement ce transfert taille <--> importance relative (bien que l'oeil soit déficient à distinguer une échelle de valeurs trop fine). Il aurait fallu souligner ici, au niveau articulatoire, la présence de la légende qui permet de lier le paramètre taille au contenu sémantique.

L'utilisation des couleurs à l'intérieur des cercles met en évidence les différents cercles dessinés sur la carte mais ne permet pas une interprétation directe. En effet, on ne distingue pas de couleur plus foncée qu'une autre ou plus marquée qu'une autre, les couleurs ne renvoient donc pas d'information supplémentaire au lecteur, elles restent « neutres » d'un point de vue visuel sur la carte.

G.M. Pas clair. Vous suggérez qu'on aurait pu, en faisant varier l'intensité de la couleur, 'doubler' la paramètre 'taille des populations' ?

L'utilisation d'un contour épais autour des cercles ne donne pas non plus à première vue d'information supplémentaire, le contour n'est donc pas interprétable tel qu'elle, il n'est pas immédiatement remarqué car de nombreux cercles possèdent un contour épais, c'est donc un détail que l'on remarque dans un second temps, l'information est donc de second ordre. La seule interprétation immédiate possible pour le lecteur si le contour est remarqué est que la zone présente un caractère plus important ou plus intense que les zones présentes dans cercles avec un trait fin.

L'utilisation d'une figure en forme de « tour » peut rappeler à certains lecteurs les tours des plate-formes pétrolières, ce qu'il interprétera donc comme lié à l'exploitation du pétrole, mais cela n'est pas forcement automatique pour tout le monde. Les figures sont facilement remarquables, leurs lisibilité est donc bonne.

G.M. Encore une fois, la présence d'icône relève de la distance articulatoire (on en met ou on n'en met pas). Ce qui relève de la distance sémantique ici, est que ces icônes sont pertinentes et facilement interprétables.

La relation entre ce que l'auteur veut communiquer et le sens de l'expression correspondant dans la visualisation semble donc plutôt bonne. En effet, l'auteur utilise tout d'abord pour le trait une couleur rouge pour mettre en avant un conflit,

G.M. Rouge ??? On est plutôt dans des teintes effacée de marron, non ?

la couleur est donc judicieusement choisie.

La légende précise en reprenant le trait rouge que l'inscription présente dans le trait est le nom du conflit majeur entre les deux pays reliés. L'écriture du conflit en blanc à l'intérieur du trait rouge est très lisible, le choix est donc très bon.

G.M. Et hop, revisite de la distance articulatoire.

Ainsi donc, l'utilisation combinée du trait en tant que lien et de la couleur rouge pour indiquer qu'il s'agit d'un conflit est parfaite. Les traits rouges plus fins sont dans la légende indiqués comme conflits secondaires, ce que le lecteur avait déjà du interpréter sans aucun mal.

La légende nous précise ensuite la signification des couleurs présentes dans les cercles, la légende est donc ici plus que nécessaire et nous apprend que chaque couleur correspond à un groupe ethnique différent dans chaque pays. Grâce à la légende, nous comprenons alors très bien leurs significations et la carte reste toujours aussi lisible.

La légende nous explique également la signification des contours épais autour des cercles, il s'agirait des groupes dirigeants (« governing groups »). C'est ici que je mettrais mon petit bémol sur cette carte qui jusqu'à présent semblait quasi-parfaite. En effet, le contour des cercles ne permet pas une interprétation intuitive de leur signification réel et l'explication dans la légende n'est pas très voyante, deux petites lignes écrites en petit qui se fondent au reste de la légende, on pourrait presque ne pas y faire attention. Il aurait donc été souhaitable d'avoir un petit visuel afin d'attirer davantage l'attention du lecteur. L'auteur de la carte pourrait cependant se justifier en disant qu'il s'agit d'une information secondaire et que par conséquent, sa visibilité dans la légende est moins importante.

Enfin, la légende reprend le pictogramme de la plate-formes de pétrole et inscrit la mention « Control of oil wealth », ainsi donc, plus aucune ambiguïté possible.

Pour terminer, l'auteur de la carte a inscrit quelques notes explicatives à certains endroits de la carte, ce qui donne des précisions supplémentaire sans entraver la lisibilité de la carte.

Conclusion

Cette carte respecte tout les critères principaux de la visualisation, ainsi donc, je peux affirmer que cette carte reflète bien le message qu'elle veut faire passer, à savoir les différents conflits entre les différents pays du Moyent-Orient. Le lecteur n'aura donc aucun mal à la lire, à l'interpréter et à la comprendre.

Article rédigé par Samuel Da Silva

/net/html/perso/melancon/Visual_Analytics_Course/data/pages/sdasilva/solution_homework1.txt · Last modified: 2012/10/12 13:18 by melancon