Agenda

Équipe
Langue
Date
Thématique
2021

septembre

  • 14:30
    18:00

    Soutenance de thèse de Rajkumar Darbar

    Contrairement aux environnements informatiques de bureaux, la réalité augmentée (RA) estompe les frontières entre le monde physique et le monde numérique en superposant des informations virtuelles à l'environnement réel. Il est notamment possible de créer une expérience immersive de réalité augmentée en portant un casque dédiée sur la tête, ou en utilisant des vidéoprojecteurs. Cette thèse explore les défis d'interaction associés à ces deux types d’affichage de réalité augmentée. Les casques de réalité augmentée s'améliorent constamment en termes d'affichage (c'est-à-dire le champ de vision), de suivi, de techniques d'interaction et de portabilité. Les techniques d'entrée actuellement disponibles (telles que la saisie manuelle, la tête/le regard et la voix) dans les casque RA sont relativement faciles à utiliser pour certaines tâches (par exemple, saisir et déplacer un objet). Cependant, elles manquent de précision et ne sont pas adaptées à un usage prolongé. Par conséquent, les tâches qui nécessitent de la précision deviennent difficiles à réaliser. Dans nos recherches, nous considérons une telle tâche - la sélection de texte qui nécessite une précision au niveau des caractères. D'autre part, la RA basée sur la projection, généralement appelée réalité augmentée spatiale (RAS), augmente directement les objets physiques avec du contenu numérique en utilisant des projecteurs. Dans la RAS, l'augmentation numérique est généralement prédéfinie et l'utilisateur agit souvent comme un spectateur passif. Pour apporter de l'interactivité à la RAS, les utilisateurs ont besoin de widgets graphiques contextuels (fenêtres contextuelles, menus, étiquettes, outils interactifs, etc.) Malheureusement, l'intégration de ces widgets dans la scène RAS est difficile. Dans cette thèse, nous avons exploré de nouvelles techniques d'interaction pour relever les défis mentionnés ci-dessus. Nos deux principales contributions sont les suivantes Premièrement, nous avons étudié l'utilisation d'un smartphone comme contrôleur interactif pour sélectionner du texte affiché au travers d’un casque. Nous avons développé quatre techniques de sélection de texte à une main pour les casques de RA à l'aide d'un smartphone : le toucher continu (où l'écran tactile du smartphone agit comme un pavé tactile), le toucher discret (où l'écran tactile du smartphone est utilisé pour déplacer le curseur caractère par caractère, mot par mot et ligne par ligne), le mouvement spatial (le smartphone est déplacé devant l’utilisateur) et la projection de rayons (le smartphone est utilisé comme un pointeur laser). Nous les avons également comparés dans une étude utilisateur. Deuxièmement, nous avons étendu l'espace physique dans des environnements en RAS en fournissant des widgets graphiques 2D dans l'air en utilisant la projection sur un panneau de projection monté sur un drone. Les utilisateurs peuvent contrôler la position du drone et interagir dynamiquement avec les informations projetées à l'aide d'une manette. Nous présentons trois façons possibles d'intégrer des widgets à l'aide d'un drone en RSA : afficher des annotations en l’air, fournir des outils interactifs, supporter différents points de vue. Nous décrivons également les détails de mise en œuvre de notre approche. Ces explorations visent à étendre l'espace d'interaction dans les applications immersives de réalité augmentée.

    Inria : Salle Ada Lovelace
  • 13:00
    15:45

    Présentation TAD 16/09/21

    Merci à Korlan d’avoir accepté de nous parler de son article qu’elle a présenté la semaine dernière à ICDAR.

    "Hierarchical and Multimodal Classification of Images from Soil Remediation Reports »

    Jeudi 16 septembre 13H
    salle 076 au LaBRI.

    si vous ne pouvez pas être sur place :
    https://u-bordeaux-fr.zoom.us/j/87025411378

  • 14:00
    18:00

    Thèse Idriss Daoudi : «Modélisation de performance et simulation d’applications OpenMP »

    Anticiper le comportement des applications, étudier et concevoir des algorithmes sont quelques-uns des objectifs les plus importants pour les études de performances et de correction des simulations et des applications liées au calcul intensif. De nombreux frameworks ont été conçus pour simuler de grandes infrastructures informatiques distribuées et les applications qui y sont exécutées. Au niveau des nœuds, certains outils ont également été proposés pour simuler des applications parallèles basées sur des tâches. Cependant, une capacité critique manquante à ces travaux est la capacité à prendre en compte les effets d’accès non uniforme à la mémoire (NUMA, Non-Uniform Memory Access), même si pratiquement toutes les plateformes HPC (High Performance Computing, i.e. calcul haute performance) présentent aujourd’hui de tels effets. Nous modélisons différentes architectures à mémoire partagée en effectuant nos propres mesures pour en obtenir les caractéristiques. Nous présentons donc dans cette thèse un nouveau simulateur d’applications parallèles à base de tâches dépendantes, qui permet d’expérimenter plusieurs modèles de localité des données. Celui-ci s’appuie sur l’enregistrement d’une trace de l’exécution séquentielle de l’application cible, en utilisant l’interface standard de trace pour OpenMP, OMPT (OpenMP Trace). Nous introduisons également trois modèles de performances dont deux sont sensibles à la localité : un premier modèle qui ne prend en compte que les temps d’exécution des tâches, un modèle léger qui utilise des informations de topologie pour pondérer les transferts de données, et enfin un modèle plus complexe qui prend en compte le stockage de données dans le LLC (Last Level Cache, i.e. cache de dernier niveau, en général le L3). Nous validons nos modèles sur des cas tests d’algèbre linéaire dense et montrons qu’en moyenne, notre simulateur prédit de manière reproductible et rapide le temps d’exécution avec une erreur relative réduite et permet l’expérimentation et l’étude de diverses heuristiques d’ordonnancement.

    Amphi LaBRI
  • Colloque CMSB

    La 19e conférence sur les méthodes de calcul en biologie systémique (CMSB 2021) aura lieu du 22 au 24 septembre 2021.  Le but est de réunir des chercheurs des sciences biologiques, mathématiques, informatiques et physiques qui s'intéressent à l'étude, la modélisation, la simulation, l'analyse avancée et la conception de systèmes biologiques.
    Site du colloque, ici.

    English
    LaBRI (visioconférence ou présentiel suivant la situation sanitaire)
  • 15:00
    18:00

    Soutenance de thèse d'Andrès Rubio Proano

    Andrès Rubio Proano (département Satanas) soutiendra sa thèse intitulée : «Stratégies de placement de données pour mémoire hétérogènes et non-volatiles en calcul haute performance»

    Inria : Salle Ada Lovelace

octobre

  • 09:00
    12:00

    Journées sécurité

    La SiF, en partenariat avec les GDR SécuInfo, RSD et SOC2, organise un événement sur deux jours pour faire l’état des lieux sur les plateformes matérielles pour la sécurité. À cette occasion, des exposés académiques pour connaître l’état de l’art auront lieu, mais aussi des industriels qui feront des retours sur l’utilisation de ces technologies.
    En savoir plus, ici : https://urlz.fr/gss8

    Dates : 14 et 15 octobre de 9h à 12h, en virtuel

    Participation gratuite, mais inscription obligatoire

    Français
    En virtuel